Assemblée Générale 2018 en Bourgogne

Des Assemblées générales, toujours plus riches et « passionnantes » !

Après les Alpes, l’Auvergne, les Pyrénées, la Normandie puis la Touraine, c’était au tour de la Bourgogne de nous accueillir en 2018.

Beaune, Meursault, Volnay, Nuits-Saint-Georges : que de noms évocateurs !

Nous avons, bien sur, commencé par le fromage. La société Gaugry à Brochon, nous accueille et nous fait déguster d’excellents fromages à croûtes molles et lavées. Fabrications traditionnelles au lait cru.

Puis, nous nous rendons à Nuits- St-Georges aux caves Albert Bichot où Michel Crestanello nous convie à une dégustation très structurée de ses différents crus de rouge Pinot noir et de blanc Chardonnay.

Ses commentaires et explications sur la viticulture et les vins en Bourgogne sont captivants : Ils enrichissent les connaisseurs et ravissent les béotiens. Sa femme mobilisée en notre honneur, nous sert un cocktail dinatoire arrosé de crus variés, qu’elle en soit remerciée.

Nous visitons les laboratoires ABIA, entreprise familiale à Meursault, au cœur des climats de Bourgogne classés au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Le passionné Patrick GRANDAY est le dernier producteur historique de présure traditionnelle d’excellence 100 % française et incontournable pour la production de bons fromages.

Enfin la visite de la moutarderie familiale Fallot, historiquement installée à Beaune, dernière grande moutarderie traditionnelle transmise de génération en génération depuis 1840, qui relance la culture de la moutarde dans la campagne bourguignonne. Des graines issues exclusivement de la Côte-d’Or et avec du vin d’appellation d’origine contrôlée (A.O.C.) produit en Bourgogne. « La Moutarde de Bourgogne » est un produit ancré dans le terroir bourguignon et certifié I.G.P. (Indication Géographique Protégée).

Je ne parlerai pas des restaurants et de plats typiquement bourguignons que nous avons appréciés.

Bref, une visite à travers le patrimoine industriel français, un tissu d’entreprises qui participent au dynamisme industriel, économique et culturel de la Bourgogne et de la France.

Au-delà de ces sites industriels, des techniques, des produits, nous avons côtoyé des femmes et des hommes passionnés par leur métier, autour des activités soutenues par des réflexions, des philosophies. Que ce soit dans le fromage, le vin, la présure ou la moutarde, ce sont des familles, des générations qui ont muris ces entreprises. Nous sentons le souci de la transmission.

Notre Assemblée Générale s’est tenue à Levernois près de Beaune, un cadre idéal pour débattre de l’attractivité des métiers du lait et des difficultés rencontrées dans ce domaine.

Avant cette table ronde sur le principal sujet qui anime notre Association, nous avons dû subir le discours moral de notre président et faire un rapide bilan de l’année passée.

Là aussi, la transmission du savoir laitier à travers la formation : les ENIL avec des techniciens supérieurs, Licence et Mastère spécialisé MIP.

Nous remercions Raymond Sageaux qui a organisé le débat.

Comment attirer les jeunes dans nos industries que nous devons rendre attractives ? Une idée est à noter ici. Proposer une progression dans l’entreprise par le biais d’une formation adaptée. Un moyen de remettre l’ascenseur social en marche !

Autour de la table, des représentants industriels : Lactalis, Savencia, Eurial, GES, ABIA, puis l’interprofession laitière : ATLA, CNIEL et l’enseignement : Anfopeil, ENIL de St Lo Thère et ENIL de Poligny ; des débats très animés. La transmission par des professeurs et des industriels est essentielle, ici encore, la passion des intervenants faisait plaisir à voir. Mais comment fédérer ces énergies ?

Beaucoup de réponses et d’idées qui seront reprises dans un compte rendu à part.

Toutes ces visites, ces rencontres ne sont pas le fruit du hasard, mais le résultat d’une longue préparation par les travailleurs de l’ombre. Notre assistante, du pays Bourguignon, Catherine Peeters a travaillé de long mois sur ce projet qui est le sien, aidée par Patrick Granday en termes de contacts, qu’il en soit remercié. Raymond a organisé la rencontre sur le sujet le plus important pour l’Association : la formation à travers le MS-MIP toujours en danger.

Tous les participants qui, par leur présence ont renforcé tous les messages émis en Assemblée Générale. Merci à toutes et tous.

Mais la Bourgogne ce sont aussi les Hospices de Beaune que nous avons visités. Des flâneries dans Beaune et à travers les vignes. Les accompagnants ont pu également profiter de ce patrimoine qui fait partie de la richesse française.

Nous avons tous, à travers ces différents paysages qui nous ont été transmis par les générations précédentes, renforcé cette fierté et cette responsabilité d’être Français.

Henri FROMHEIM – Président

 

Ce contenu a été publié dans INFOS IESIEL, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.